Ah les peureux….

Stéph Lohm partage ceci avec nous:

Aaah les peureux. Vous la connaissez mon affection envers eux? Non? Alors laissez moi vous le montrer.

Voici Manon. Arrivé au refuge avec sa sœur Aïcha voilà maintenant 11 ans. Elles étaient encore chatons. Les premiers mois de leur vie reste un mystère, la seule chose de certaine c’est qu’elles n’ont soit pas connu l’homme, soit fait une mauvaise expérience avec. Du coup au refuge elles n’ont pas été de ces jolis chatons tout ronronnant. Ceux que tout le monde adore adopter. Non, c’était de ces chatons qui sont recroquevillés dans un coin oreilles en arrière, pupille dilatées à vous houffer si vous oseriez malgré tout vous approcher. Elles sont donc devenues adultes à la SPA. Puis les années ont passé. Pas d’adoptant en vue, mais heureusement des employés dévoués et de bénévoles attentionnés. Elles ont donc pris une certaine confiance tout en restant sur leur garde. L’année dernière enfin une adoption. Les deux partent dans leur nouveau foyer pour revenir au refuge quelques semaines plus tard. Elles ne sont pas propres (pas de jugement s’il vous plaît pour avoir eu le soucis chez moi je sais à quel point ça peut vite devenir pénible. Il faut des nerfs en acier pour surmonter ce passage). Triste de les revoir au point de départ.
L’adoption pourtant aura eu un point positif. Manon est revenue épanouie. Elle s’est enfin ouverte aux caresses. C’est un réel plaisir que de la voir venir en quémander.
Maintenant reste plus qu’à attendre LA personne qui aura la patience nécessaire pour apprendre à ces deux magnifiques fifilles ce que c’est la vie en maison.

Quant à Jack, ce mystérieux mecs noir aux beaux yeux jaunes, je ne connais pas son histoire. Tout ce que je sais c’est que lors de son arrivée il était impossible de l’approcher à moins de 2 mètres. Le voilà plusieurs mois après à accepter mes câlins en ronronnant. Certes, il est encore sur ses gardes,on le voit aux yeux ouverts (qui se sont quand même fermés par instant mais malgré tout quel beau cadeau j’ai reçu aujourd’hui de sa part