Caya et Malibo

Cela fait un mois que Caya et Malibo sont la. Malibo, en tant que « meneur », raconte:

En fait notre vie a basculé il y a deux mois environ. On menait une vie paisible, entourés, choyés, aimés. Puis on a senti qu’ il y a un problème, et que cela nous concernait. Puis un jour tout le monde pleurait en nous mettant dans nos caisses de transport et nous deux, on s’ est trouvé dans une sorte de grande cage, certes bien aménagée, avec plein d’ autres chats autour de nous, et même des chiens . Caya certes me rassurait: cela s’appelle un refuge, je me suis déjà trouvée dans ce genre d’ endroit , tout le monde y est très gentil. Mais on espère pas rester longtemps là car cela ne vaudra jamais le confort d’ un appartement!

Le vœu de Caya était entendu, et après environ 4 semaines on s’ est trouvé, tous les deux, serrés comme deux sardines dans une nouvelle caisse de transport. Le trajet fut court et on nous a lâchés dans un appartement. Il semble que les habitants sont tous partis à notre arrivée, afin de nous laisser le temps d’ explorer les lieux. Plus tard nous avons fait connaissance de notre nouvelle distributrice de croquettes ainsi que d’ un poilu sur 4 pattes qui ne cause pas comme nous, et semble s’ appeler Corrydabord . Prudents nous sommes restés sous le lit ou sous la table, bien enfoui au fond…. Mais bientôt c’était notre première nuit dans ce nouvel endroit , et Caya a de suite testé le lit de notre bipède. La nuit suivante cette effrontée de Caya grimpait déjà SUR la bipède, pour un repos plus confortable…. 🙂

Peu à peu nous avons compris le déroulement des journées. La bipède se réveille et s’ en va avec Corrydabord, mais revient très vite. Corrydabord reçoit à manger, nous on miaule car elle semble nous oublier mais elle répond non, on donne d’abord à Corry, c’est Corry d’abord… Et lorsque Corrydabord a mangé, elle va vers une sorte de cage avec des grandes souris, et elle leur donne aussi à manger alors que nous on miaule toujours, et on s’impatiente. Mais ce n’est que lorsque tous les autres ont été servis qu’elle nous ouvre enfin un sachet de pâtée pour nous . Ok en attendant on avait toujours des croquettes, ça elle en laisse en tout temps, et autant qu’on veut. La pâtée par contre faut la réclamer haut et fort, et encore… 2 sachets par jour elle a dit, pas plus. Puis dès fois c’est immangeable… Bon il semble qu’elle ait enfin compris que ce n’est pas des trucs de marque, sains et tout et tout qu’on réclame, il suffit de nous mettre un sachet de mbudget et les gamelles sont nettoyées, poutzées dans les 15 minutes…. LOL!

Un peu plus tard dans la journée tout devient calme, elle s’en va et Corrydabord aussi, et on a tout l’ appartement pour nous. Le plus souvent on s’ installe sur le lit de la bipède et on dort. Caya se met sur la pijama, moi je ne suis pas à ce point FAN de la bipède mais bon… Ou bien on grimpe sur notre arbre à chat et on regarde dehors. On a aussi une TV rien que pour nous – les enclos avec ces grandes souris (heu des cochons d’Inde? ah bon….) très distrayant à observer! A midi elle revient, mais repart presque de suite. Elle nous remplit juste les croquettes, contrôle nos caisses, donne à manger aux grandes souris, et à Corrydabord bien sûr. Ce n’est que le soir, et après Corrydabord, mais cela on a plus besoin de préciser hein? que nous recevons notre 2ème sachet de pâtée, et cela même si nous n’avons pas mangé celle du matin car, dit-elle, il faut le temps de trouver ce que nous aimons, resp. n’aimons pas.

Les soirées sont très calmes, elle joue avec nous si on a envie, elle nous fait des câlins si on veut, autrement on se repose simplement près d’ elle. Puis elle s’en va encore une fois avec Corry, signe qu’elle va venir se mettre au lit bientôt. Caya s’empresse de préchauffer le pijama, Corry préchauffe le lit tout court, et moi je l’aide de mon mieux. Nous dormons, Corry d’un côté, moi de l’autre et Caya… SUR la bipède bien sûr …

Et le lendemain on remet le même programme!

Annotation de la « bipède »: Corrydabord est bien sûr mon Corry chéri, et il est servi en premier en toute chose car il était là d’ abord. En agissant ainsi il accepte très bien les minets, auxquels je dit toujours “c’est Corry d’abord”.

Caya est très, mais TRES attachante, et j’ ai une pensée émue pour la famille qui a dû s’ en séparer , cela devait être un déchirement – je n’ose pas imaginer. S’ ils lisent le récit de mon duo Caya et Malibo, qu’ ils sachent que les deux seront chéris et choyés ici, je les aime déjà énormément!